French Translation

Wednesday

vendredi 9 septembre 2011, par Cécile Desbrun

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Il n’y a rien à craindre
Je traîne sans rien faire
à faire l’idiote alors
que le travail attend
Rien qu’un appel anonyme
et le tranquille ronron
de notre persan que nous appelons
Cajun un mercredi

Ainsi nous traversons les années
avec les secrets que nous avons gardés
bien que tu dises que tu ne soit pas un templier
Il semble que nous tournions en rond
pour des raisons très différentes
Mais un jour l’aigle doit bien se poser

Dehors par-delà la fontaine
et à gauche de la station
je commence la journée comme à mon habitude
Puis je me dis – après tout pourquoi pas -
et m’arrête prendre un café
et commence à me souvenir
des choses que tu dis

Personne n’est à la porte
Tu suggères un fantôme
peut-être un spectre
j’acquiesce en partie
Quelque chose est avec nous
je n’arrive pas à mettre mon doigt dessus
Poucette porte-t-elle du 38
le mercredi ?

Ainsi nous traversons les années
avec les secrets que nous avons gardés
bien que tu dises que tu ne soit pas un templier
Tu me demandes de m’égayer
tu suspectes que nous soyons étrangement quittes
Mais l’aigle doit bien se poser

Dehors par-delà la fontaine
et à gauche de la station
je commence la journée comme à mon habitude
Puis je me dis – après tout pourquoi pas -
et m’arrête prendre un café
et commence à me souvenir
des choses que tu dis

Je prends mon courage à deux mains
et clac
il a de nouveau disparu
Je commence à fredonner "When Doves Cry"
Quelqu’un peut-il m’aider ?
je crois que je me suis perdue, là
Perdue dans un endroit qu’on appelle Amérique