French Translation

Bells for Her

lundi 8 août 2011, par Cécile Desbrun

Et à travers la force de la vie
Là, s’en va son amie
Sur sa Nishiki
c’est une histoire intemporelle
Et à travers le portail
elles peuvent faire amende honorable
"Hé, tu peux tout me dire
Nous sommes des amies inséparables"

Tu ne peux pas empêcher ce qui se profile
Tu ne peux pas empêcher ce qui est en chemin

Et à travers les murs elles ont bâti leurs pâtés de boue
"Je sais ce que tu en penses", ai-je dit
Elle m’a répondu "J’ai ta voix/je connais ton avis"
Je lui réponds : "Tu n’as pas besoin de ma voix/de mon avis
Tu as la tienne/le tien
Mais tu n’as jamais cru cela suffisant"
Alors elles traversèrent ainsi les années
comme des soeurs, des amies inséparables
Toujours là à travers ceci ou cela
"Il n’y a rien auquel nous ne puissions remédier", ai-je dit

Tu ne peux pas empêcher ce qui se profile
Tu ne peux pas empêcher ce qui est en chemin

Des cloches et des traces de pas
et des soldats et des poupées
Frères et amants elle et moi étions
A présent elle semble s’être changée en sable
sous ses chaussures
Il n’y a rien que je puisse faire

Tu ne peux pas empêcher ce qui se profile
Tu ne peux pas empêcher ce qui est en chemin

A présent je te parle
Es-tu là, à l’intérieur
Tu as son visage et ses yeux
Mais tu n’es pas elle
Et nous nous dirigeons l’une vers l’autre
comme des amies inséparables, désormais vidées [1]
qui ne peuvent trouver leur lien et leur intimité

Tu ne peux pas empêcher d’aimer
Tu ne peux pas empêcher ce qui est en chemin
Et je vois ce qui se profile
Et c’est en chemin


[1jeu de mot entre blankets et blank ettes, difficilement traduisible